David Kadouch, un pianiste au tempérament russe

Elève de Dimitri Bashkirov, le jeune Niçois a travaillé avec les plus grands, de Rouvier à Barenboïm. Il a récemment publié un CD consacré aux Tableaux d’une exposition de Moussorgski et à d’autres œuvres russes...

Quel a été votre parcours ?
J’ai commencé le piano au conservatoire de Nice, avec Odile Poisson. Tout mon apprentissage a été bercé par les noms de Dimitri Bashkirov, Jacques Rouvier et Leon Fleisher. Mon professeur m’en parlait beaucoup. Leurs noms résonnaient d’une manière magique pour moi. Par la suite, j’ai étudié auprès de Rouvier et Bashkirov. C’était déjà presque une consécration.

Pour lire la suite de cet article (510 mots):