Richard Wagner : le piano (presque) fantôme

Musicien et poète, Richard Wagner a consacré sa vie à son idéal rêvé : le drame musical que les passionnés savourent religieusement.

« Le Monsieur qui écoute du Wagner a généralement l’air préoccupé et malheureux. On sent qu’il est en proie à une surexcitation continuelle. Il n’éprouve quelque calme qu’en prêtant l’oreille aux accents de son compositeur favori… Le Monsieur qui écoute du ­Wagner ne rit jamais quand il entend la musique du maître, il se revêt mentalement d’un costume de mineur et descend dans des profondeurs inconnues. Rien n’existe pour lui à côté et même au-dessous de Wagner. Le Monsieur qui écoute du Wagner est incapable d’écouter autre chose. Il est quelquefois sourd, mais il ne le sait. »

Pour lire la suite de cet article (723 mots):

Articles en relation :
Marcel Proust, éloge de l’amateur