Les premiers pianos et les compositeurs : doléances et mécontentements

Dès l’invention du pianoforte par Cristofori, compositeurs et pianistes interprètes n’ont cessé de se plaindre et de réclamer des perfectionnements. Les facteurs les ont heureusement suivis dans leurs exigences.

Pour quelle raison Cristofori, facteur de clavecins du grand-prince Ferdinand III de Médicis, a-t-il l’idée et le désir, à l’aube du 18e siècle, de fabriquer un clavecin à marteaux ?
Le goût musical de l’époque ne s’y prête pas, les opéras attirent la grande majorité du public et le clavecin domine la musique instrumentale ou occupe le rôle de la basse continue. A moins que Ferdinand de Médicis, patron des arts, collectionneur et mécène, n’en ait été l’instigateur, on ne peut donc dire que la naissance du piano ait été liée à une nécessité musicale, au désir particulier d’un compositeur ou d’un instrumentiste avide de nouveauté.

Pour lire la suite de cet article (4097 mots):