Concours Long-Thibaud, le second souffle

Fondé pendant la deuxième guerre mondiale, le Concours Marguerite Long-Jacques Thibaud est devenu d’emblée l’un des tout premiers concours internationaux de piano. Après avoir connu des succès et des revers, il prend aujourd’hui, grâce au mécénat, son second souffle. Souvenir de Marguerite Long, la génération des pianistes de la fin du siècle, histoire du concours, mécénat, projets d’avenir. Ce dossier montre à l’évidence que le Long-Thibaud doit — et peut — rester un événement de premier plan dans la vie musicale internationale.

 

>>> liens à faire

Souvenir de Marguerite Long

Interprète raffinée de Fauré, Debussy et Ravel, fondatrice du concours qui porte son nom, entourée de disciples, mais également controversée…, Marguerite Long a marqué de sa forte personnalité l’âge d’or du piano français.

La génération Marguerite Long

Le 19e siècle fut l’âge d’or des pianistes. Les années 1870 en particulier rassemblèrent dans toute l’Europe une génération stupéfiante de maîtres de l’instrument.

Histoire du Long-Thibaud

En 1943, deux artistes prestigieux qui se sont toujours intéressés à la jeunesse, décident de donner un but à leurs cadets en leur offrant un Concours Musical. C’est la guerre, les frontières sont fermées et impossibles les confrontations si utiles à leur art.