Elena Varvarova : la liberté d’abord !

Est-ce parce qu’elle a quitté l’URSS il y a plus de dix ans, elle ne supporte pas la contrainte. Surtout dans la musique !

« Pendant longtemps, en France, j’ai fui la vie musicale. Je ne voulais voir personne. Pour moi, le mot carrière ne signifie rien ; il y a dans la vie des choses plus importantes, la musique par exemple ! Je gagnais ma vie en donnant quelques leçons dans un petit conservatoire. J’ai fait une fois une démarche pour trouver du travail. On m’a finalement proposé deux heures par semaine d’accompagnement de cours de danse, et encore pas le même jour ! Depuis, j’ai décidé de ne plus jamais rien demander. Je déteste avoir à demander, solliciter quoi que ce soit. Je ne suis même pas inscrite à la Sécurité sociale !

Pour lire la suite de cet article (628 mots):

Articles en relation :
Hongrie : quelques grands pianistes