Urtext au service de l’interprétation

Le musicien doit savoir ce qui a été écrit, pas seulement pour suivre la tradition, mais aussi pour savoir adapter celle-ci à notre époque. La musique n’est pas un musée !

L ’Urtext – ou édition du dernier texte tel qu’il a été adopté par l’auteur – représente aujourd’hui un matériel de base indispensable pour toute interprétation musicale. On peut se demander tout d’abord dans quelle mesure il répond à ce qu’on est en droit d’en attendre. Par ailleurs, même si l’Urtext permet, de par sa conception même une meilleure lecture critique, des recherches demeurent encore indispensables, afin de nous donner des indications plus complètes que celles transmises jusqu’à présent. Nous allons donc essayer de répondre à ces questions. La difficulté provient de ce que les notions de “fidélité aux notes” et de “fidélité à l’œuvre” sont mal établies. Dans le contexte historique de la musique baroque, vouloir se montrer simultanément “fidèle à la partition” et “fidèle à l’œuvre” ferait sourire un historien de la musique. En effet, jusqu’au début du 18e siècle, les indications précises concernant le tempo, la dynamique et la distribution instrumentale n’existaient pas. Les dièses et les bémols étaient notés de façon très approximative.

Pour lire la suite de cet article (22 mots):