La Turquie et ses pianistes

Les pianistes turcs sont de plus en plus nombreux, aux concours internationaux, au concert, au disque. Découverte d’un groupe ou d’une école très internationale qui participe à la nouvelle image de la Turquie.

Lorsque l’on évoque l’école turque de piano, beaucoup se demandent s’il ne s’agit pas d’une plaisanterie ou de la dernière invention d’un journaliste en mal d’originalité. Imaginerait-on d’ailleurs qu’un artiste turc soit capable de jouer le Cinquième Concerto de Beethoven ? Pourquoi ? « Prenez un Français moyen dans la rue, nous dit le pianiste Hü̈seyin Sermet, et vous lui demandez : “C’est quoi un Turc ?”… Il ne sait pas. Il va penser aux Maghrébins, aux Arabes, à l’Irak – surtout après la Guerre du Golfe. Mais un Turc, à quoi il ressemble, d’où il vient, qu’est-ce qu’il fait ? On ne sait pas. Je parle en général. C’est ce général qui probablement constitue les préjugés. C’est une situation donnée, et il faut faire avec : jouer tant et si bien que les préjugés de départ s’effondrent. » Pourtant le fait que la Turquie soit en partie tournée culturellement – et musicalement – vers l’Europe ne date pas d’hier, mais d’avant-hier…

Pour lire la suite de cet article (3245 mots):