Mendelssohn, “Romances sans paroles”

Catalogue de la sensibilité romantique ou précis de composition, trouvailles de pièces de caractère ou musique pure “débarrassée des mots”, les Romances sans paroles échappent aux tentatives de définition. Elles restent, quoi qu’on en ait pu dire, une réussite incontestable, modèle pianistique pour son temps et pour l’avenir.

On peut étudier les Lieder ohne Worte de diverses manières : y voir, par exemple, un résumé de l’esthétique mendelssohnienne, un bréviaire des modes d’expression du classicisme romantique allemand, ou encore un réservoir riche en formules plaisantes où viendront puiser les compositeurs ultérieurs. Il serait intéressant de relever tous les musiciens, grands ou mineurs, qui, à la suite de Mendelssohn, ont composé à leur tour des “Romances sans paroles” sur des patrons mendelssohniens.

Pour lire la suite de cet article (1405 mots):

Lire aussi :
Les “Lieder ohne Worte” de Mendelssohn : romances sans paroles ou lieder ?