Comment éviter le rabâchage

On ne répétera jamais assez… que le rabâchage est fastidieux, qu’il est stérile, qu’il fait perdre du temps ! Monique Bouthinon-Dumas nous dit par quels moyens on peut briser les automatismes et éviter la routine.

« Je crois avoir travaillé avec assiduité depuis que j’ai repris le piano, avec un professeur dont l’enseignement est assez classique (gammes, exercices de doigts, études, morceaux). Malgré ce travail, le niveau que j’ai atteint est bien faible : ma vélocité est déplorable, mes nuances très limitées, et je suis extrêmement lent lorsqu’il s’agit d’apprendre une nouvelle partition. Plus grave, j’ai l’impression après toutes ces années de me retrouver dans une impasse : je ne vois plus comment progresser et, d’ailleurs, je n’arrive plus à travailler… Je n’arrive pas à me décontracter lorsque je joue… J’ai à l’heure actuelle besoin de changer complètement de manière de jouer du piano…, besoin d’une remise à plat totale, de réapprendre (ou apprendre ?) le plaisir de jouer, même sur des morceaux très simples. »
Cet extrait d’une lettre reçue il y a quelques mois paraît poser tous les termes de la difficulté à “travailler” son piano, lorsque le temps passé et l’assiduité ne garantissent ni la qualité expressive d’un jeu ni le bonheur d’avancer ou l’envie de pousser plus loin.

Pour lire la suite de cet article (21 mots):