Urtext et interprétation

Les éditions Urtext tentent de restituer la version authentique, originale, des œuvres. Ce travail nécessaire et difficile n’est pourtant pas suffisant. Selon Reinhold Kubik, spécialiste des Editions Universal dans ce domaine, il faut y ajouter une préface sur l’œuvre, un appareil critique et des indications sur l’interprétation.

Apprendre la musique, aujourd’hui, c’est, outre l’apprentissage d’un instrument, étudier des œuvres qui ont été écrites à d’autres époques, dans un contexte historique et social différent, et qui, le plus souvent, n’avaient pas de buts didactiques.
Il n’en a pas toujours été ainsi. L’enseignement de la musique a d’abord été compris comme un apprentissage de la composition ; le travail de l’instrument se faisait parallèlement. Le professeur fabriquait souvent son propre matériel pédagogique. Les recueils pédagogiques apparaissent relativement tard, avec Jean Sébastien Bach ou Léopold Mozart, par exemple, mais les partitions sont encore considérées comme des modèles pédagogiques pour la résolution de certains problèmes et non comme une “littérature”, au sens actuel de “travail sur un répertoire”. Aujourd’hui, les matières qui étaient considérées à l’époque comme fondamentales – l’harmonie ou l’étude des formes – sont devenues secondaires, alors que ce qui était considéré comme secondaire – l’utilisation d’un instrument – est devenu essentiel. L’enseignement se fonde sur l’étude de morceaux choisis et par la constitution d’un répertoire.
Le choix de la partition devient alors d’une extrême importance, tant pour l’étude que pour l’interprétation.

Pour lire la suite de cet article (3175 mots):