Isaac Albeniz : España !

En partant des mélodies et des rythmes de son pays, Albeniz a réinventé et sublimé le folklore espagnol dans une œuvre tout à fait originale. Sa vie d’aventures et de voyages l’a plusieurs fois mené en France, où il a rencontré et influencé de nombreux compositeurs. C’est en France qu’il est mort en 1909.

Foisonnante d’aventures, de voyages et de ­légendes, la vie d’Isaac Albeniz s’apparente aux parcours initiatiques qu’exposent Cervantes ou Tormes dans leurs récits picaresques. Pour Déodat de Séverac, la musique de ce grand d’Espagne était « à nulle autre pareille : enivrante comme une fleur d’oranger, ardente comme le soleil de son pays natal ». Prophète en terres étrangères, Albeniz est en effet l’homme qui parla le mieux la langue de l’Ibérie, cette Hispania mythique, indivise et pour partie fantasmée, dans laquelle se fondent les héritages latin, barbare, maure, gitan, séfarade et chrétien, en même temps que l’Europe et l’Afrique. Fruit d’une assimilation constante, l’idiome de cette âme inspirée célèbre l’union des battements populaires et de la rythmique savante, de l’exubérance baroque et des architectures classiques, de la simplicité des lignes et de la touffeur harmonique.

Pour lire la suite de cet article (3776 mots):