Le répertoire espagnol pour les premières années

Le répertoire de morceaux espagnols faciles pour débutants est très vaste. Nous avons choisi de nous consacrer aux quelques pièces qui nous semblent d’un intérêt pédagogique marqué ou particulièrement intéressantes musicalement. Et nous indiquons les versions “simplifiées” qui peuvent être utiles pour aborder les difficultés des rythmes et des couleurs caractéristiques de la musique espagnole.

Le choix des pièces que nous tentons ainsi d’éclairer est forcément arbitraire. Il ne doit pas empêcher chacun d’explorer d’autres pièces restées dans l’ombre et de faire sa propre sélection.
Dans le passé de l’histoire musicale espagnole, deux figures ont marqué la littérature pour clavier – le clavecin, à l’époque, mais l’on joue fréquemment ce répertoire au piano aujourd’hui – au 18e siècle : le Padre Antonio Soler, dont malheureusement peu d’œuvres sont proposées aux jeunes pianistes, et Domenico Scarlatti qui, bien qu’étant italien, avait fait de l’Espagne son pays d’adoption. Quelques-unes de ses 555 sonates disséminées dans les recueils de compilation à usage pédagogique mettent à rude épreuve la virtuosité et la légèreté des doigts des apprentis pianistes dans des pages où dissonances, modulations, cassures rythmiques et contrastes font véritablement progresser. Puis, au 19e siècle, la guitare supplante le piano… Il faut attendre la fin du siècle pour retrouver une littérature abondante dans laquelle un apprenti pianiste peut puiser à loisir.

Autour d’Albeniz, les compositeurs incontournables… et tous les autres

Impossible d’échapper, lors de ses études, à quelques pages d’Albeniz ou de Granados. Plus rarement à celles de Mompou, Rodrigo ou Turina. Ces compositeurs, largement influencés par le « père du nationalisme espagnol en musique », le pédagogue Felipe Pedrell, éclipsent encore quelques artistes restés dans l’ombre de ces géants : Antonio Ruiz-Pipo, Oscar Espla y Triay, Jesus Guridi. Plus tard, les compositeurs de la Generacion del 51 (nom forgé par Cristobal Halffter pour désigner un groupe de compositeurs hispanophones qui acheva ses études en 1951) décideront de faire sortir l’Espagne de l’isolement créé par la dictature franquiste en développant un langage contemporain, sans pour autant se couper des racines espagnoles. Tous ont laissé de nombreuses pages tout à fait accessibles.


Pour lire la suite de cet article (2945 mots):