Le conservatoire de Shanghai

La carrière de musicien professionnel se décide en Chine très tôt, à la manière de l’ancien système soviétique, et la sélection y est drastique. Le prestigieux conservatoire de Shanghai forme donc l’élite des jeunes pianistes chinois. Histoire de ce conservatoire, le plus important de Chine avec celui de Pékin, et entretiens avec Su Bin, professeur, et le pianiste français André Gorog qui y donne des classes de maître.

Le conservatoire de Shanghai est installé au cœur de la ville, sur la Fen Yang Lu, dans l’ancienne concession française. Il a été complètement rénové ces dernières années et a pris aujourd’hui les allures d’un petit campus à l’américaine où les étudiants peuvent étudier dans d’excellentes conditions. Le conservatoire compte aujourd’hui 1 600 élèves répartis dans 12 départements, dont une centaine environ étudient le piano. Le système chinois est universitaire, en principe ouvert à tous, mais basé, en musique comme ailleurs, sur une sélection drastique des étudiants. Les enfants se présentent à 10 ans en premier cycle et s’orientent dès cet âge vers la carrière de musicien professionnel.

Pour lire la suite de cet article (783 mots):

Lire aussi :
Su Bin : « La question de la culture est centrale »
André Gorog : « Des élèves de haut niveau »