Klavierstücke de Stockhausen : “Sculpter le son”, entretien avec Florent Boffard

Florent Boffard, pianiste à l’Ensemble Intercontemporain qui a joué plusieurs des Klavierstücke de Stockhausen, explique comment il convient de réaliser les nouveaux modes de jeu qu’ils exploitent.

Comment avez-vous abordé l’œuvre pour piano de Stockhausen ?
Au sein de l’Ensemble Intercontemporain. La première œuvre que je jouais est Kontra-Punkte, que j’ai interprétée avec plusieurs chefs successifs. Il y a un savoir collectif à I’EIC qui se transmet aisément parce que nous sommes peu nombreux, et que nous avons souvent l’occasion de travailler en formation de musique de chambre. Le langage de Stockhausen m’est petit à petit devenu familier, sans même être vraiment impliqué. Mais le grand plongeon fut pour moi le dixième Klavierstück.

Pour lire la suite de cet article (1682 mots):