Sept conseils pour bien travailler son instrument

Le travail d’une œuvre musicale à l’instrument est l’occasion de s’enrichir d’expériences nouvelles et d’aller encore plus avant dans une certaine connaissance de soi. Néanmoins, au lieu de puiser dans les nombreuses ressources dont nous disposons naturellement pour apprendre, certains musiciens s’imposent un travail instrumental abrutissant, répétitif, ennuyeux, s’utilisant, somme toute, comme une machine à faire des notes des heures durant, comme si travail devait rimer avec souffrance ; pourtant, travailler dur ne veut pas forcément dire bien travailler !

Je vous propose, sur la base des connaissances actuelles en psychologie cognitive, sept conseils ou règles de travail dont le respect sera la garantie d’une étude efficace et épanouissante.

1. Aimer ce que l’on apprend

Le plaisir est la clé de l’apprentissage : on apprend mieux ce qui nous procure du plaisir que ce qui nous procure de l’ennui ! Quelle est l’application de cette constatation au niveau musical ? Choisissez simplement d’étudier des œuvres qui suscitent votre intérêt ! Si vous devez progresser sur un point précis, ne choisissez pas l’œuvre la plus hideuse qui vous en fera voir de toutes les couleurs ! La souffrance n’a jamais fait faire de progrès à quiconque. Il existe sûrement une œuvre qui vous permettra d’accomplir les mêmes progrès en ayant du plaisir à étudier. Soyez créatif dans le choix de votre répertoire afin de concilier devoirs instrumentaux et motivation personnelle.

Pour lire la suite de cet article (1732 mots):