Lélia Gousseau

Disparue le 14 février 1997 à l’âge de 88 ans, Lélia Gousseau fut une disciple de Lazare-Lévy. Après avoir mené une belle carrière de concertiste, elle s’était tournée vers l’enseignement, d’abord au Conservatoire de Paris (de 1961 à 1978), puis à l’Ecole normale. Anne Queffélec se souvient d’un personnage qui a beaucoup compté dans sa formation.

«Noblesse et générosité caractérisaient Lélia Gousseau, grande dame du piano, grande âme méconnue. Elle vivait la musique avec autant de passion que d’exigence envers elle-même comme envers ses élèves. Son ouverture d’esprit, son désintéressement étaient exceptionnels : cette femme sans enfant montrait aux jeunes un attachement profond. Si elle assistait, naturellement, aux concerts de ses propres élèves, je l’ai vue présente à ceux de bien d’autres jeunes pianistes de mes collègues, allant les féliciter ensuite chaleureusement si leur jeu l’avait touchée. Comportement rare. Elle donnait des leçons à nombre d’élèves désargentés (c’était le cas le plus souvent !), refusant qu’ils s’acquittent du prix des cours.

Pour lire la suite de cet article (282 mots):