Entretien avec Garrick Ohlson

Le pianiste américain Garrick Ohlsson, ancien élève de Rosina Lhevinne (à la Juilliard School) et de Claudio Arrau, est présent, le 21 juillet 1999, au Festival Chopin de Nohant et le 24 juillet à celui de La Roque-d’Anthéron, où il célèbre également Chopin. L’un de ses disques, édité par Hänssler Classic, est offert dans ce numéro… sans Chopin mais avec des concertos romantiques où il laisse parler son cœur.

Vous avez remporté le 1er prix au Concours Chopin de Varsovie en 1970 ; vous êtes considéré comme un spécialiste de Chopin. Jouez-vous souvent l’intégrale en concert ?
Au cours des deux dernières années, je l’ai beaucoup jouée aux Etats Unis, à New York, dans le Michigan. En Europe aussi, salle Gaveau à Paris et au Wigmore Hall à Londres. J’ai commencé également à Varsovie sans achever l’intégrale. En fait, j’ai conçu cette intégrale dès 1995 et je l’ai rodée dans beaucoup de villes d’Amérique du Nord. C’est, toutefois, une entreprise démesurée qui demande une dépense considérable d’énergie… Je ne suis pas sûr de continuer !

Pour lire la suite de cet article (1070 mots):