Jazz, harmonie : le mystère des grilles

A quoi peuvent bien servir ces petits carrés – décorés d’une lettre suivie d’un chiffre placé en exposant – dont les jazzmen remplissent leurs calepins secrets ? Cela ne ressemble guère à de la musique… Pourtant, ces curieux hiéroglyphes expriment l’essence même d’un morceau de jazz. Ceux qui les comprennent y lisent, d’un simple coup d’œil, non seulement les enchaînements harmoniques d’un standard, mais sa forme totale. Grâce à eux, deux, cinq, dix, vingt musiciens peuvent, sans autre concertation, improviser ensemble… Bernard Désormières nous dévoile le mystère de ces “carrés magiques”.

Nous avions présenté dans Piano n°10 les principes du chiffrage harmonique variétés/jazz. Ce sont là des notions de base indispensables pour la pratique de ces musiques. Néanmoins, un accord, isolé d’un contexte, n’a quasiment aucune signification musicale. Nous aborderons donc ici l’enchaînement des accords entre eux ainsi que les structures les plus courantes dans la musique de jazz. Pour cette présentation succincte, nous nous pencherons sur la représentation synthétique de ces enchaînements à travers ce qu’on appelle “les grilles”.

Pour lire la suite de cet article (19 mots):