Keith Jarrett, un roi du jazz

Le souvenir du dernier concert du trio de Keith Jarrett, le 3 juillet 1999 au Palais des congrès à Paris, a été immortalisé par un double CD “Whisper Not” édité chez ECM, le prestigieux label allemand de Munich – fondé en 1969 par Manfred Eicher, qui a très vite fait entrer Keith Jarrett dans son label. Cette année, c’est à nouveau le grand retour public de ce merveilleux musicien.

Keith compositeur-improvisateur

Le retour de Keith Jarrett s’est, bien entendu, fait sous le signe du jazz, avec dix concerts programmés cet été en France, de Paris à La Roque-d’Anthéron !
Mais il convient de ne pas limiter son art au jazz et à l’improvisation. Ce pianiste pluri-instrumentiste est aussi un compositeur (Bridge of Light…), ainsi qu’un interprète de musique “classique” au répertoire extrêmement diversifié.
Keith Jarrett laissera certainement aussi son empreinte dans la musique contemporaine et dans l’art de l’improvisation ; ainsi le pianiste Jay Gottlieb a joué, le 3 mai 2001 au théâtre du Rond-Point à Paris, des extraits de la transcription de l’improvisation de Keith Jarrett lors du fameux “Köln Konzert” de 1975, qui lui avait permis de faire apprécier le jazz à des populations d’auditeurs parfois un peu réticentes à cette musique par les disques 33 tours ECM, réédités en CD. A l’orgue, on retiendra Sphères (ECM en 1976).

Pour lire la suite de cet article (605 mots):

Articles en relation :
Keith Jarrett, portrait