Alexandre Tharaud, le lointain neveu de Rameau

Alexandre Tharaud est l’un des pianistes les plus doués de sa génération. Rien de ce qui touche à la musique ne lui est étranger. Son indépendance d’esprit ne l’empêche nullement de se placer dans le sillage des grands maîtres du passé et d’aborder les répertoires les plus divers avec une prédilection pour la musique française. Après s’être confronté à Chabrier, à Poulenc et à Saint-Saëns avec une incursion viennoise en direction de Schubert, il renoue avec une tradition d’interprétation au piano de l’œuvre pour clavecin de Rameau, reprenant le flambeau de Marcelle Meyer (1897-1958), interprète légendaire du compositeur dijonnais.

Pourquoi avoir choisi d’enregistrer Rameau sur un piano moderne ? 
Il y a une histoire qui a précédé ma propre réflexion. J’ai travaillé sur certains compositeurs comme Maurice Ravel, Emmanuel Chabrier dont les grands-pères sont Couperin et Rameau. J’ai toujours éprouvé le besoin de retourner aux sources et de travailler la musique française du 18e siècle pour clavier pour mon goût personnel jusqu’au jour où j’ai ressenti le besoin de l’enregistrer. C’est donc une histoire de filiation qui paraît plus évidente entre Bach et quantité de compositeurs qu’entre la musique baroque française et celle qui se situe après le romantisme (Chabrier, Debussy…).

Pour lire la suite de cet article (1796 mots):