Claude Debussy : les interprètes de légende

Certains d’entre eux furent les contemporains de Debussy. Ils ont établi les bases d’une tradition d’interprétation en harmonie avec la volonté du compositeur. Tous nous donnent leur vision personnelle de l’œuvre pianistique de Debussy, de l’impressionnisme à l’exaltation, de la clarté latine à la sérénité et au silence intérieur.

Alfred Cortot (1877-1962)

Ricardo Viñès (1875-1943) et Marguerite Long (1874-1966) n’ayant que peu enregistré Debussy (à notre connaissance rien pour le premier et seulement les Arabesques, La Plus Que Lente et Jardins sous la pluie pour la seconde), c’est Alfred Cortot qui reste le premier grand pianiste à avoir laissé un legs discographique important, avec Children’s Corner et le livre I des Préludes. Pour Cortot, la musique de Debussy est immédiatement contemporaine. Mais, en même temps, il n’existe pas pour lui de tradition debussyste. Et c’est bien là ce qui nous intéresse : comment un pianiste familier de Liszt, Schumann et Chopin, mais très proche de l’esthétique moderne du piano, va-t-il aborder ces pièces étrangères à ses programmes habituels ?

Pour lire la suite de cet article (2600 mots):

Lire aussi :
Claude Debussy, la volupté sonore
Debussy et ses interprètes
Claude Debussy, sur les traces du clavecin français
M. de Bussy et la critique
“Pelléas et Mélisande”, une grande œuvre pour piano
Debussy : l’œuvre à quatre mains et à deux pianos
Interpréter Debussy aujourd’hui
Eugen Indjic, entretien sur Debussy
Comment travailler les Estampes de Debussy ?
Théodore Paraskivesco, entretien sur Debussy
Debussy : les pièces pour enfants
Claude Debussy, en blanc et noir