L’Argentine au piano

L’Argentine a connu à la fin du 19e siècle – elle avait alors 4 millions d’habitants – une époque marquée par le “nationalisme musical”, avec des compositeurs de talent, souvent pianistes virtuoses, qui ont écrit des pièces pleines de charme et de couleurs.
Au milieu du 20e siècle, l’arrivée de musiciens européens a suscité des orientations nouvelles pour la composition et la pédagogie.
L’Argentine d’aujourd’hui – 37 millions d’habitants ! – a donné au piano quelques-uns de ses plus grands interprètes, de Martha Argerich à Daniel Barenboïm, en passant par Bruno Leonardo Gelber.
Malgré les graves préoccupations économiques, la vie musicale foisonne. Il existe toute une génération de pianistes qui font, dans leur pays ou à l’étranger, une carrière de concertiste et de pédagogue.

Les articles de ce dossier

Venue d’Europe, la tradition pianistique argentine

Martha Argerich, Daniel Barenboïm, Bruno Leonardo Gelber et les autres… L’Argentine compte plusieurs pianistes de dimension internationale… Mais existe-t-il une école de piano argentine ? Frédérik Reitz a interrogé des concertistes et pédagogues et nous offre un vaste panorama des pianistes argentins d’aujourd’hui.

La musique argentine pour piano : élégance et séduction

La période dite des “précurseurs”, au cours du 19e siècle, a vu naître les premiers compositeurs argentins pour le piano. Mais c’est surtout pendant la période du “nationalisme musical”, entre 1890 et 1930 environ, que la musique argentine pour piano s’est développée. La pianiste Alicia Lastra dresse un portrait des principaux compositeurs argentins dont certains sont de notoriété internationale. Des œuvres d’une grande séduction, pour tous les niveaux d’exécution, sont à découvrir.