Venue d’Europe, la tradition pianistique argentine

Martha Argerich, Daniel Barenboïm, Bruno Leonardo Gelber et les autres… L’Argentine compte plusieurs pianistes de dimension internationale… Mais existe-t-il une école de piano argentine ? Frédérik Reitz a interrogé des concertistes et pédagogues et nous offre un vaste panorama des pianistes argentins d’aujourd’hui.

A quels traits de caractère “argentins” pourrait prétendre la “Escuela argentina de piano” ? Tout repose en effet ici sur de nombreux paradoxes que cette nación aime à cultiver. Chacun connaît la boutade que les Argentins eux-mêmes rappellent volontiers : « Les Mexicains descendent des Aztèques, les Péruviens des Incas et les Argentins du bateau. » Italiens, Espagnols, Français, Allemands, Russes, Polonais, Ukrainiens, Portugais, Hollandais… sont venus peupler cette terre australe de l’Amérique qui ne comptait que 4 millions d’habitants en 1900 et en a environ 37 aujourd’hui. Et, partant de cette diversité de cultures, européennes à 90%, le paradoxe argentin est cette quête d’une nación, idée de grandeur d’un Etat latino-américain où l’on continue de considérer l’Europe de ses ancêtres avec affection. Parallèlement, les Argentins ne cessent de s’interroger sur eux-mêmes, sur le présent et l’avenir… « Qui sont donc les Argentins ? Et où vont-ils ? »… sont des thèmes récurrents dans toute la littérature de ce pays.

Pour lire la suite de cet article (3764 mots):