Christian Zacharias, un scarlattien convaincu

Ce pianiste allemand est peut-être le seul de sa génération à s’être penché avec autant de passion, de curiosité et d’amour sur l’œuvre de Scarlatti.

Christian Zacharias a respiré l’air de Séville, compulsé les manuscrits de Venise. Il s’est arrêté au pied d’une fontaine pour considérer l’hiatus entre sa culture germanique et le monde méditerranéen de Scarlatti. Il est certainement l’un des interprètes en qui l’on peut avoir le plus confiance, car ses versions sont le fruit d’un travail de recherche culturelle et sensible. Le merveilleux film de l’INA-La Sept, réalisé en 1991 avec Mildred Clary et diffusé à l’époque où les samedis télévisuels étaient culturels, est une démonstration brillante et incontestable de l’engagement de Christian Zacharias envers Scarlatti. Sa force de persuasion est immense, sa sensibilité et son intelligence crèvent l’écran. Il serait urgent de le voir figurer dans les rayons des vidéothèques musicales. Rencontre avec un scarlattien convaincu.

Pour lire la suite de cet article (2370 mots):

Lire aussi :
Les sonates de Scarlatti, une méthode royale de piano
Sonates de Scarlatti : les éditions