Serge Rachmaninov, interview imaginaire

Christian Lorandin a interrogé Rachmaninov pour la revue Piano — en passant sans doute par un très bon médium ! Chaque réponse, en effet, a été réellement énoncée par le compositeur à un moment de sa vie.

Serge Rachmaninov, vous avez dit d’une manière un peu détachée, que ce qui vous avait inspiré pour écrire une de vos pièces les plus célèbres, le Prélude en ut dièse mineur, avait été la perspective de gagner quarante roubles…
Vous savez, quand je suis arrivé aux Etats-Unis, en 1918, j’ai découvert qu’il courait des notions bien singulières sur ce Prélude et sur les circonstances de sa création. Quand j’ai reçu le diplôme du Conservatoire de Moscou, j’étais un garçon de 18 ans. La musique, comme chacun sait, n’est pas une profession lucrative, même pour ceux qui possèdent déjà la gloire, et pour un débutant, c’est une situation généralement sans espoir. Au bout d’un an je me suis trouvé les poches vides. J’écrivis ce Prélude et le vendis à un éditeur pour ce qu’il voulut bien m’en donner, c’est-à-dire quarante roubles…

Pour lire la suite de cet article (1176 mots):

Articles en relation :
Dictionnaire des pianistes russes