Bach a-t-il composé pour pianoforte ?

Bach a-t-il connu et apprécié le Hammerklavier (premier ancêtre du piano) avant 1740 ? Si oui, tous les Concertos, quelques Préludes et Fugues… peuvent (et doivent) être joués “authentiquement” sur un de ces premiers pianoforte. C’est la thèse défendue par la musicologue Eva Badura-Skoda.

Jusqu’à aujourd’hui, la plupart des chercheurs et musiciens sont fermement convaincus que Bach composa toutes ses œuvres pour le Cembalo (clavecin), et non pour un Cembalo che fa il piano e il forte, comme celui que Cristofori inventa vers 1698 (et non 1709), et que Gottfried Silbennann copia en 1732.
Dans la première moitié du 18e siècle, le Kielflügel (clavecin à cordes pincées) fut sans aucun doute l’instrument à clavier le plus répandu si l’on fait exception de l’orgue. Cependant, les études les plus récentes de l’histoire du Hammelflügel (à cordes frappées, à marteaux) nous amènent aux conclusions suivantes : tout au long du 18e siècle en Italie, on a désigné le Hammelflügel par le terme de Cembalo. Et ce n’est qu’à partir de 1770 que l’on trouve quelques rares documents dans lesquels il est question de Pianoforte ou Fortepiano. Cela a conduit les musicologues allemands et anglais à formuler la conclusion suivante : en Italie, peu de temps après son invention, le Hammelflügel serait tombé dans l’oubli et n’aurait plus été fabriqué ; la découverte de Cristofori serait restée pratiquement inconnue. On sait aujourd’hui que cette affirmation est fausse.

Pour lire la suite de cet article (4834 mots):