Chiroplaste, dactylion, les machines a délier les doigts

Pour toute une génération passionnée par la virtuosité pianistique, des inventeurs naïfs, fous ou malhonnêtes, tentèrent d’enseigner la position “naturelle” de la main par des subterfuges mécaniques inefficaces ou dangereux. Le paradis semblait à portée de main ! Liszt eut un moment d’enthousiasme. Il fut vite déçu. Quant à Chopin, naturellement, il résista…

développer et à entraîner la technique digitale des pianistes, est incontestablement liée à l’épanouissement de la virtuosité qui, si elle n’est pas un phénomène propre au 19e siècle — bornons-nous ici à rappeler les noms de Domenico Scarlatti et d’Antonio Soler, à évoquer les œuvres des virginalistes anglais ou à souligner que chez Bach tout est difficile —, s’est cependant considérablement amplifiée à l’époque romantique au point, d’après Mikuli, élève de Chopin, de faire « d’effroyables ravages ». Poussée à son paroxysme, cette virtuosité « transcendantale » obligea les facteurs de pianos à innover et à répondre aux besoins d’interprètes toujours plus exigeants, mais elle déboucha parfois sur les excès de quelques croque-notes dont les exhibitions stimulaient l’enthousiasme de ce public « froid et railleur », mais pas toujours cultivé, dont parlait Liszt.
Après Beethoven qui avait sollicité le piano jusqu’aux limites de sa puissance, et à côté de Liszt et de Chopin qui transformèrent la technique de leur instrument pour la transcender, il faut reconnaître que les Thalberg, les Kalkbrenner, les Tausig (que Liszt, son maître, disait doué d’une virtuosité aussi prodigieuse qu’« infaillible ») ne cultivèrent leur technique que pour elle-même. Si Liszt et Chopin ne s’étaient contentés que de devenir de grands virtuoses, leurs œuvres auraient été bien vite oubliées, comme fut oubliée la musique de Kalkbrenner et de Thalberg. « Le don réel de Thalberg pour la composition fut à peu près ruiné par la vanité de l’exécutant », a précisément écrit Schumann.

Pour lire la suite de cet article (2601 mots):

Articles en relation :
La pédagogie de Chopin