Jean-Marc Luisada et les maîtres

Jean-Marc Luisada évoque les Maîtres qu’il a rencontrés et ceux avec lesquels il a travaillé… Il nous parle aussi de son répertoire et de ses projets.

Comment avez-vous ressenti la mort de Nikita Magaloff ?
Depuis sa mort, je me sens un peu orphelin. C’est terrible. Bien sûr, aujourd’hui, il y a énormément de grands artistes, y compris, quoi qu’on en dise, parmi les relativement jeunes, mais l’ère des grands pianistes romantiques, qui possédaient « le » grand répertoire, et avaient visité une énorme quantité d’œuvres, est bien terminée. Les artistes d’aujourd’hui ont un peu moins de cœur, sont un peu plus cérébraux. Voilà la différence. Il y en a un autre, qui vient tout juste de nous quitter : Horszowski. Ce n’était pas vraiment un virtuose au sens où Magaloff ou Horowitz pouvaient l’être : c’était cependant un vrai musicien.

Pour lire la suite de cet article (1443 mots):

Lire aussi :
In memoriam : Nikita Magaloff