Erik Satie, le déconstructeur

Sorte de facteur Cheval mystique ayant pourtant été imité par Debussy, Erik Satie a engendré bien des malentendus. Pour avoir été le premier compositeur à s’attaquer au fondement même de la communication musicale, il apparaît aujourd’hui comme l’un des inventeurs de la modernité.

Satie n’aura jamais eu de chance. Sa carrière hasardeuse et chaotique, sa gloire “anthume” et posthume reposent sur des malentendus, des occasions manquées, mais surtout, il aura toujours été un peu trop. Trop précoce, trop hardi, trop avancé, trop original, trop timide, trop arrogant : bref, il représente le seul exemple d’un musicien foncièrement infréquentable, y compris pour ses propres amis. De réelles bizarreries psychologiques n’ont pas facilité sa vie. C’est ainsi qu’il est devenu l’un des inventeurs primordiaux de la modernité.

Pour lire la suite de cet article (4840 mots):

Articles en relation :
Satie, l’anticompositeur