Le Pianiste, première revue consacrée au piano

Ancêtre de la revue Piano, Le Pianiste (1833-1835) fut la première revue consacrée exclusivement à l’instrument roi. Adélaïde de Place l’a feuilleté attentivement pour nous en dévoiler les auteurs, les sujets et surtout le redoutable esprit critique de l’époque. Echo d’un temps où la presse ne mâchait pas ses mots…

Le Pianiste est le premier journal connu spécialisé dans le piano publié en France. Il parut entre novembre 1833 et le 20 octobre 1835. Mensuel au cours de sa première année d’existence et exclusivement axé sur le piano, il devint, le succès aidant, bimensuel à partir de novembre 1834 et s’ouvrit alors à d’autres rubriques. Il était édité à Paris chez Henry Lemoine.

Charles Chaulieu, rédacteur en chef

Les noms du directeur ou du rédacteur en chef de la revue le Pianiste n’apparaissent dans aucun numéro du journal, mais il ne fait aucun doute que son principal animateur fut le pianiste Charles Chaulieu, l’un des seuls collaborateurs à signer ses articles en toutes lettres, d’autres se bornant à signer de leurs initiales. Né en 1788, Charles Martin Charles, dit Charles Chaulieu, entra au Conservatoire dès 1797 et fréquenta la classe de piano de Jean-Louis Adam et les classes de solfège et d’harmonie de Charles-Simon Catel. Premier prix d’harmonie en 1805 et premier prix de piano en 1806, il se consacra dès lors à l’enseignement et à la composition. Auteur d’innombrables pièces pour piano (caprices, sonates, fantaisies, variations, danses, etc.), qui n’ont pas laissé un souvenir impérissable dans l’histoire de la musique, il mourut à Londres en 1849, la même année que Chopin.

Pour lire la suite de cet article (3007 mots):