Scriabine vu par Kun Woo Paik

Disciple de Rosina Lhévinne à la Juilliard School de New York, le pianiste coréen Kun Woo Paik compte parmi les très grands scriabiniens d’aujourd’hui. Au lendemain d’un mémorable récital Scriabine Liszt à Gaveau, le 11 avril 1995, il s’est exprimé sur les liens qui l’unissent à la musique de l’artiste russe.

« Lorsque je vivais aux Etats-Unis, durant mes années d’études à la Juilliard, j’ai eu la chance d’entendre plusieurs fois Vladimir Horowitz dans des œuvres de Scriabine. La 9e Sonate sous ses doigts reste l’un des plus grands chocs que j’aie jamais éprouvés.

Pour lire la suite de cet article (218 mots):