Interpréter Debussy

Debussy pianiste

« Comment oublier la souplesse, la caresse, la profondeur de son toucher ! En même temps qu’il glissait avec une douceur si pénétrante sur son clavier, il le serrait et en obtenait des accents d’une extraordinaire puissance expressive […].

L’échelle de ses nuances allait du triple pianissimo au forte, sans jamais arriver à des sonorités désordonnées où la subtilité des harmonies se fût perdue. Tel Chopin encore, il considérait l’art de la pédale comme “une sorte de respiration” » (Marguerite Long). Les souvenirs de Debussy interprète sont sans doute trop loin de nous pour suffire à construire une interprétation authentique : du moins peuvent-ils étayer les conclusions tirées de l’analyse des textes. Les trois paramètres auxquels cette analyse conduit à donner la prééminence s’accordent bien avec les témoignages de l’époque : le toucher, l’usage des pédales et le rythme.

Pour lire la suite de cet article (695 mots):