Il y a 100 ans, les concerts de piano à Paris

Heureuse époque ! Le piano est l’instrument le plus répandu. On joue aussi bien les romantiques que les maîtres contemporains. On redécouvre les clavecinistes français et quelques maîtres anciens. Avec Paderewski, Cortot, Viñes, Marie Jaëll…

Louis Diémer, Raoul Pugno, Edouard Risler, Isidore Philipp, Marie Jaëll, tels sont les noms qui apparaissent le plus souvent sur les affiches des concerts en cette saison 1894-1895. Certains sont aujourd’hui connus grâce à leur carrière de pianiste ; d’autres, également grands virtuoses, ont attaché leur nom à des travaux didactiques et pédagogiques : c’est du moins ce que nous avons retenu de leur talent. Isidore Philipp et Marie Jaëll ne se contentent pas de leur renommée internationale et écrivent dans des journaux du temps : Marie Jaëll expose ses théories sur l’esthétique du toucher du piano dans Le Ménestrel et Isidore Philipp commente l’œuvre de ses contemporains dans Le Monde musical.

Pour lire la suite de cet article (2091 mots):