L’exécution transcendante : Nelson Goerner

A 35 ans, le pianiste argentin refuse les étiquettes et veut rester éclectique dans ses choix de répertoire. Il n’en a pas moins gravé chez Cascavelle les 12 Etudes d’exécution transcendante ! Portrait d’un artiste de son temps qui se préoccupe de musique plus que de carrière.

De Scarlatti à Berg, de Schubert à Prokofiev, on est frappé par l’éclectisme de votre répertoire…
J’ai toujours gardé en mémoire ce que disait Claudio Arrau. Pour lui, l’interprète devait être comme un caméléon capable de se sentir à l’aise dans les œuvres et les musiques les plus diverses. Seule cette aptitude pouvait faire un artiste complet. J’ai été frappé très tôt par ce propos qui m’a montré une voie. Sans doute, plus tard, des choix se feront-ils naturellement, mais, dans l’étape actuelle, j’ai besoin de l’apport de toutes les musiques et besoin aussi de leur apporter ma propre vision.

Pour lire la suite de cet article (2267 mots):