Le piano à l’âge adulte dans une école privée : Michel Sogny, le précurseur

Il y a trente ans, Michel Sogny, ancien élève de l’Ecole normale de Paris, titulaire de diplômes de lettres et de philosophie, créait à Paris la première académie ouverte aux adultes. Il força les barrières de l’enseignement pour donner à chacun, quels que soient son âge et son bagage musical, la possibilité d’accéder à la pratique du piano. Depuis, il a transmis la passion de la musique à plus de 20 000 élèves.

Comment l’idée d’une école pour adultes vous est-elle venue ?
J’ai réfléchi à l’évolution de la place de la musique dans la vie quotidienne. Les Grecs anciens la considéraient comme une discipline prioritaire, plus importante que les mathématiques, associée aux idées mêmes de justice et de vertu. Un exemple parmi d’autres : Pythagore jouant quelques notes de lyre le soir pour purifier son âme… Chacun avait accès à la musique, car le langage et les instruments restaient d’un abord simple. Mais tout a considérablement évolué et l’apprentissage, en devenant terriblement complexe, a déplacé la finalité du jeu musical. Désormais, il faut plusieurs années de travail pour maîtriser un instrument, ce qui retarde l’ouverture de chacun à des sensations musicales. L’apprentissage est malheureusement devenu un but plutôt qu’un moyen.

Pour lire la suite de cet article (2261 mots):