Le piano à l’âge adulte sur son lieu de travail

Plusieurs associations proposent aux comités d’entreprise les services de professeurs de piano. Quels bienfaits les employés en tirent-ils ? Aurélie Cordrie, diplômée de l’Ecole normale de musique de Paris, professeur au Conservatoire de Vaucresson (92), vient régulièrement prodiguer ses cours dans de grandes entreprises. Comment cela se passe-t-il ?

Obéir à une discipline nouvelle

De la secrétaire au cadre dirigeant, les élèves prennent en moyenne un cours d’une demi-heure par semaine, à tout moment de la journée, selon leur disponibilité dans les locaux de l’entreprise. Pour la plupart, ces cadres ont de grandes responsabilités dans leur activité professionnelle. Ils ont souvent un pouvoir décisionnaire et se retrouvent face à une jeune femme qui leur impose une discipline nouvelle. « Cela se passe presque toujours très bien. Les plus “rebelles” sont ceux qui reprennent après des années d’arrêt. Ils s’imaginent avoir suffisamment de bases et de souvenirs pour suivre leur idée. C’est une erreur. » Aurélie s’est aussi retrouvée face à des dirigeants qui veulent « quelqu’un qui a de la poigne ! ». Elle réussit pourtant à faire passer son enseignement en douceur. S’il est difficile de mesurer l’impact de ces cours sur la performance professionnelle des employés, tout laisse à penser qu’il est positif. Plus détendus, fiers d’avoir réussi à se surpasser ou tout simplement valorisés par une activité qu’ils pratiquent de façon volontaire, ils trouvent un équilibre qui rejaillit sur leur activité professionnelle.

Pour lire la suite de cet article (1533 mots):