La collection de pianoforte de Paul Badura-Skoda

Collectionneur passionné, Paul Badura-Skoda a cédé ses pianoforte au musée des instruments de musique qu’abrite le château de Kremsegg en Haute-Autriche. Il évoque cette passion pour des instruments anciens que chacun peut aujourd’hui admirer.

En 1952, je gravais mon premier disque sur un pianoforte Walter pour la maison de disques Westmin­ster. Craignant un échec, j’ai enregistré les mêmes morceaux de Mozart sur un piano à queue moderne, ignorant comment le monde musical allait réagir au choix d’un pianoforte. Mon inquiétude s’est révélée exacte : la version sur le piano moderne s’est bien vendue et a remporté un succès critique, tandis que l’interprétation sur le pianoforte Walter, aux sonorités si riches et si harmonieuses, mais sonnant, d’une certaine façon, plus “sèchement”, a été accueillie avec une certaine perplexité. Je n’étais pas le seul à m’être “converti”. Mon ami et collègue Jörg Demus a fait une expérience analogue. Avec le temps, il est devenu un véritable concurrent (!), sans que cela affecte notre amitié. J’ai également eu l’occasion de lui racheter un magnifique instrument que j’ai énormément apprécié…

Pour lire la suite de cet article (1242 mots):