Le regard d’Hélène Grimaud

Une carrière fulgurante, mais menée avec discernement et détermination : Hélène Grimaud, au-delà des clichés, est une pianiste emblématique de cette génération dont le 21e siècle verra s’épanouir le talent. Entre deux concerts, elle a pris le temps de feuilleter avec nous ce numéro 20 de PIANO.

Alfred Brendel est à l’affiche de ce numéro. Est-ce un pianiste avec lequel vous avez des affinités ?
Je ne l’ai entendu qu’une fois en concert, dans un récital Schubert, mais je l’ai beaucoup regardé en DVD et j’ai souvent écouté des retransmissions de ses concerts à la radio, donc en direct. Et à chaque fois que je l’ai rencontré – dernièrement c’était à Fribourg, il y a deux ans –, j’ai été impressionnée par l’immense culture­ de cet homme capable de parler de tout en allant bien au-delà de la surface des choses. Ce fut sans doute un des grands moments de cette année-là.
Quant au pianiste, je dois dire qu’il ne se passe pas une semaine sans que je l’écoute. Je trouve qu’il a un jeu très stimulant, avec un “jusqu’auboutisme” dans sa vision très convaincant. Particulièrement dans son Beethoven qui a quelque chose d’effervescent, de fébrile, mais aussi d’anguleux, de “dégraissé” comme un corps nerveux dont toute la musculature et les tendons seraient apparents.

Pour lire la suite de cet article (2612 mots):