Ravel et ses contemporains

La première moitié du 20e siècle fut un âge d’or pour la musique française. Aux côtés du duo Ravel et Debussy, de nombreux compositeurs, indépendants ou satellites, créaient leur œuvre. Celles pour piano sont à redécouvrir.

Le groupe des Six
Le groupe des Six naquit de l’amitié de six musiciens – Georges Auric, Louis Durey, Arthur Honegger, Darius Milhaud, Francis Poulenc, Germaine Tailleferre – et d’un concert donné en commun à Paris au théâtre du Vieux-Colombier. Les relations des Six avec Maurice Ravel furent loin d’être simples.

Charles Koechlin
Polytechnicien devenu compositeur, Charles Koechlin (1867-1950) était un esprit infatigable, passionné par toutes les possibilités du monde sonore, qu’il voulait mettre au service du peuple. Moins connues que son œuvre orchestrale, certaines de ses pièces pour piano, sont accessibles aux bons amateurs. Il écrivit, en outre, un recueil pour enfants, jolie ouverture vers le 20e siècle.

Albert Roussel
Maurice Ravel et Albert Roussel (1869-1937) éprouvaient le même goût pour l’enfance et la féerie, et surtout la même attirance pour les contrées lointaines. Mais si Ravel clamait dans Schéhérazade : « Je voudrais voir la Perse et l’Inde, et puis la Chine », seul Albert Roussel, officier de marine, s’était rendu en Asie. Quels furent leurs affinités et leurs liens ?

Florent Schmitt
Grand symphoniste, Florent Schmitt (1870-1958) ne peut s’empêcher de transporter l’orchestre au piano. « Le pianiste doit en avoir plein les mains ! » avait-il coutume de dire. Condisciple de Ravel, il amena celui-ci à trouver son propre chemin pianistique.

Déodat de Séverac
Gentilhomme languedocien, ce disciple de Vincent d’Indy a su développer, hors de la Schola Cantorum, son style personnel fait de charme et de subtilité. Est-ce la marque des origines de ce compositeur régionaliste ?

Gabriel Dupont
Maurice Ravel et Gabriel Dupont (1878-1914) n’avaient en principe rien de commun. Pourtant, on peut, en entendant leurs œuvres, faire quelques rapprochements dus aux influences de l’époque, sans doute, mais aussi à une écoute mutuelle.