Florent Schmitt par Laurent Wagschal

Le jeune pianiste Laurent Wagschal enregistre chez Saphir un disque consacré à la musique pour piano de Florent Schmitt.

Comment expliquez-vous le peu d’intérêt des pianistes pour Florent Schmitt ?
En dehors des grands standards de la musique française (Debussy, Ravel…), le répertoire de la fin du 19e et du début du 20e siècle est mal aimé des musiciens. Il est difficile de faire accepter à un producteur de concerts un récital incluant des pages d’Albéric Magnard, de Jean Cras, de Vincent d’Indy ou d’Albert Roussel…
En ce qui concerne Florent Schmitt, je connaissais Ombres, la pièce centrale de son œuvre pour piano. J’ai cherché d’autres partitions, souvent épuisées chez les éditeurs, et je suis même allé jusqu’à la Bibliothèque nationale ! Pour composer ce programme, j’ai hésité à sélectionner des œuvres comme Soirs op. 5 ou les Pièces romantiques op. 42. Je me suis concentré sur les opus tardifs.

Pour lire la suite de cet article (240 mots):