La leçon de piano de Marguerite Long

En 1901, la revue Musica publia un article de « Mme Marguerite Long, virtuose des plus réputées, professeur au Conservatoire national de musique » sur les principes fondamentaux du piano. Nous reproduisons cet article accompagné de ses illustrations, en hommage à cette fameuse école française de musique qui fut beaucoup plus souple et musicale qu’on ne le dit parfois.

Les premières leçons ont pour l’élève une importance capitale ; très souvent la vie entière suffit à peine pour corriger les mauvaises habitudes contractées pendant les premiers temps.
Ce que le commençant doit chercher à acquérir tout d’abord, c’est de la souplesse des doigts, du poignet, de l’avant-bras. Car ce qui l’arrête, c’est la raideur extrême qu’il met à tout ce qu’il fait ; elle seule est cause que ses doigts se cramponnent au clavier de façon à donner à la main la position la plus disgracieuse. Il devra s’asseoir devant le clavier à une hauteur telle que son avant-bras soit parfaitement horizontal ; la main doit être dans le prolongement de l’avant-bras, les doigts arrondis et prêts à frapper les cinq notes correspondantes. On ne saurait trop insister sur la position horizontale de l’avant-bras et de la main ; c’est celle qui peut assurer le plus commodément et le plus naturellement l’indépendance et la souplesse des doigts. Kalkbrenner, l’un des chefs de notre école française de piano, avait même imaginé un guide-mains, sorte d’appareil qui soutenait les avant-bras à la hauteur voulue. Cela facilitait beaucoup les débuts, mais il était ensuite difficile de s’en passer.
Il serait bon que l’étude des gammes ne soit pas abordée trop tôt ; l’élève risquerait de contracter de la raideur dans les bras et de déplacer sa main. Il doit être sûr que ses doigts ont acquis une certaine indépendance avant d’essayer d’apprendre à passer le pouce.
Les premiers exercices doivent donc consister en exercices de cinq notes, qui n’obligent pas, par conséquent, le passage du pouce ; on doit les diversifier autant que possible.

Pour lire la suite de cet article (22 mots):