Jazz : improvisation et musique classique

Le fait d’improviser et de jouer du jazz, en maîtrisant la compréhension harmonique et en ayant un véritable ressenti rythmique, permet de revisiter avec efficacité une grande partie du répertoire classique, en particulier celui dû à des compositeurs comme Chopin, Liszt, Brahms… qui furent de grands improvisateurs.

L’improvisation peut être considérée comme une “composition spontanée”. A ce titre, un improvisateur doit pouvoir appliquer les règles suivies par les compositeurs travaillant sur table.
De plus, il devra acquérir des qualités de rapidité de réaction, d’analyse et de synthèse et faire preuve d’une inventivité et d’une créativité permanentes.
Une longue expérience musicale est enfin nécessaire. En effet, la connaissance d’un répertoire diversifié lui permettra de retrouver dans sa mémoire des analogies musicales et de les réintégrer partiellement dans l’improvisation ; il peut s’agir à la fois de citations d’extraits musicaux, pouvant trouver une place opportune à un instant précis de l’improvisation, ou bien de réminiscences d’exercices d’enchaînement de notes (gammes, arpèges…) ou d’accords (progressions harmoniques modulantes quasi standardisées)…

Pour lire la suite de cet article (3893 mots):