Plaidoyer pour le Conservatoire

Le CNSM a des défauts. Nul ne le conteste. Pourtant, c’est une vraie grande école. C’est ce qui ressort de l’enquête que Véronique Slama a réalisée auprès des professeurs et des élèves, actuels ou anciens, et d’observateurs de la vieille maison.

Une formation musicale complète

La formation musicale dispensée au Conservatoire se veut très complète, pour une raison très simple, qui correspond à l’un des problèmes majeurs du CNSM : la plupart des élèves qui entrent au CNSM veulent être concertistes. Bien sûr, tous n’ont pas « l’étincelle », le talent qui permet de maintenir en haleine un public pendant deux heures de récital et l’on sait bien que, même parmi ceux qui ont ce don, cette capacité, tous ne seront pas les élus du haut de l’affiche. Ne former que des gens aptes à jouer dans une salle de concert serait envoyer 90 % des élèves directement à l’ANPE (sur les 10 % reçus au CNSM, seulement 10 % à peu près feront carrière !). Comme le rappelle Maurice Werner, directeur d’un grand bureau de concerts parisiens, « la carrière est et reste une chose exceptionnelle ».

Pour lire la suite de cet article (2732 mots):