Piano-forte et piano moderne : l’instrument dans l’interprétation pianistique

Piano moderne ou piano-forte ? La question est posée. Mais même si l’on préfère jouer sur le piano d’aujourd’hui le répertoire d’hier, la connaissance de l’instrument d’époque est précieuse : elle nous permet de mieux comprendre l’écriture, le style et la technique pianistique de chaque compositeur.

Après le retour des instruments baroques à cordes et à vent, les concerts avec piano-forte ont fait leur apparition voilà quelques années, nous faisant découvrir les sonorités du 18e siècle mais aussi du 19e siècle. Le regain d’intérêt pour les styles musicaux ne pouvait que faire resurgir les instruments d’époque, s’accompagnant du souci d’authenticité que les travaux musicologiques toujours plus nombreux cultivent avec soin. Or, la musique polyphonique du 17e siècle était souvent écrite indifféremment pour des parties vocales ou instrumentales. Le répertoire spécifiquement instrumental ne s’est constitué que progressivement, au cours du 17e siècle, durant lequel J.S. Bach par exemple, ou même Mozart (et parfois Beethoven) transcrivaient couramment des œuvres d’un instrument à l’autre. Ainsi, bien des pièces pour clavier se jouaient à l’orgue comme au clavecin, et les premières sonates de Beethoven étaient indiquées pour clavecin ou piano-forte…

par Olivier Barli

Pour lire la suite de cet article (20 mots):

Lire aussi :
Paul Badura-Skoda : la fantaisie en ré mineur de Mozart