Cyril Huvé, du pianoforte au piano moderne

Composition et facture ont entretenu, et entretiennent toujours, des rapports fondamentaux : cette affirmation concerne au premier chef l’écriture pour clavier et tout particulièrement celle de Liszt qui vit naître le piano moderne. Telle est la thèse du pianiste Cyril Huvé.

Pour dissiper d’emblée tout malentendu, qu’il soit clair que l’instrument “d’époque” que l’on nomme aujourd’hui pianoforte et le piano ne sont qu’un seul et même instrument… à divers stades de son évolution. Au début de son histoire, il a pu exister une grande diversité de pianos – à tous points de vue : dimensions, sonorité, mécanique, étendue. Cette diversité s’est progressivement réduite, tout au long du 19e siècle, pour se figer dans un instrument unique, le piano “moderne”. Le 20e siècle a vécu sur l’idée que le piano est un instrument unique. La prise de conscience de son évolution historique est un phénomène récent, encore balbutiant. Un champ de connaissances est à redécouvrir et le problème est encore souvent mal posé.

Pour lire la suite de cet article (1526 mots):