Le mystère du piano arabe

Voici l’histoire d’un instrument de musique appartenant aujourd’hui au musée de Châtillon-sur-Seine. Cette histoire assez exceptionnelle va être reconstituée ici à la manière d’une enquête policière. Elle montre que les objets, comme les personnes, gardent une certaine mémoire des aventures qu’ils connaissent durant leur existence.

En 1978, M. Jouffroy était conservateur à Châtillon-sur-Seine (Côte-d’Or). Il m’annonça avoir trouvé dans les réserves du musée un “piano à la turque”. Je devais malheureusement remettre à plus tard mon voyage à Châtillon pour l’examiner. Pourtant, l’expression “à la turque” était bien intrigante : ne s’agissait-il pas d’un piano carré européen, installé sur quatre pieds très courts, afin que la pianiste puisse jouer assise sur un sofa ? Et l’on imagine une séance musicale dans un patio ottoman, au milieu de narguilés, de fleurs parfumées, de fontaines et de pâtisseries sucrées… charmes de l’Orient.
Je n’ai vu le piano qu’en 1991 lorsque Mme Berthelière, nouvelle conservatrice, me conduisit à la réserve du musée installée dans la bibliothèque municipale.

Pour lire la suite de cet article (2350 mots):